Actualités

Partager sur :

Maxime MÉDARD (TBS 21) - Son avenir, ses valeurs, ses envies

10 novembre 2021 Portraits / Podcasts

À 35 ans, Maxime n’a pas attendu de raccrocher les crampons pour se démener dans plusieurs projets riches et variés, à son image.

 

L’expérimenté arrière du Stade toulousain pourrait être en train de disputer la dernière saison de sa belle carrière (5 Brennus et 3 coupes d'Europe).  

Maxime, comment préparez-vous activement votre après-rugby qui est de plus en plus proche ?

Il y a cinq ans déjà, j’ai investi dans la société Fiters qui est une solution de sport santé. On y retrouve notamment les anciens rugbymen Jacques Boussuge ou Louis Picamoles qui permettent d’animer une équipe à l’esprit rugby très sympa. Il s’agit de faire de la prévention par le biais de l’activité physique avec des coaches pour limiter les conséquences de la sédentarité, de l’obésité, du stress, etc. On cible autant les particuliers que les entreprises. Avec mon réseau ou mes idées, je tente de développer cette structure. Par ce biais donc, j’ai mis un pied dans l’entrepreneuriat. Mes rencontres m’ont donné le goût pour ce monde qui suivra la carrière de sportif de haut niveau. J’y apprends plein de choses, ce qui est assez stimulant et excitant.

 

Avez-vous alors cherché à profiter de votre notoriété pour étendre votre réseau ?

Oui, certaines marques et sponsors qui me suivaient durant ma carrière ont décidé de ne pas prolonger l’aventure car j’étais en fin de cycle. Qu’importe, je me suis mis à chercher les partenaires qui pourraient me correspondre. C’est ainsi que j’ai découvert Foliz Kombucha.

 

De quoi s’agit-il ?

J’ai rencontré en 2021 la société toulousaine Performe qui est spécialisée dans la spiruline qui est produite vers Perpignan. Je leur ai proposé de s’associer avec Foliz Kombucha pour créer une boisson un peu plus sportive, efficace pour la récupération et à base de produits naturels. Ainsi a été créée la boisson Le Sportif, vendue dans plusieurs points de vente. Mais ce n’est qu’une participation de ma part.

 

Vous êtes aussi actif dans la cosmétique...

Cet été, j’ai eu la chance de faire une belle rencontre avec la société #bonheur qui est dans la cosmétique oui. C’est vraiment une expérience holistique avec des rituels in & out comme des crèmes pour l’extérieur et des micro-biotiques pour l’intérieur, sans oublier un spray pour les émotions.

 

Prenez-vous aussi part à une dernière aventure entrepreneuriale ?

Il s’agit de Cyclo Power Factory qui est une entreprise qui récupère de l’énergie grâce au mouvement d’un home-trainer. En branchant votre vélo sur une base, cela récupère l’énergie fabriquée avant de la réinjecter dans votre foyer.

Avez-vous éprouvé le besoin d’ajuster votre niveau d'études à vos envies professionnelles ?

La saison dernière, en partenariat avec Provale et la Toulouse Business School, j’ai pu y augmenter mes compétences dans la gestion d’une entreprise avec le diplôme de Business Unit Manager.

 

Vous êtes par ailleurs aussi engagé en faveur d’une association avec Premiers de cordée ?

Il s’agit d’une superbe association qui fait découvrir ou fait faire du sport aux enfants qui sont dans les hôpitaux avec des bienfaits mentaux et physiques. Le but est d’un peu leur faire oublier la maladie.

 

Il semble y avoir une ligne directrice entre vos différents projets et actions…

Mon but n’a jamais été d’ouvrir un restaurant ou une agence d’assurance. Devenir entraîneur, je ne pense pas mais intervenant, peut-être. En tout cas, dans tout ce que j’entreprends, il faut que ça me ressemble, que ça corresponde à mon mode de vie et qu’il y ait du sens. Le fil conducteur est le bien-être et aussi la recherche d’une énergie renouvelable en étant acteur des changements des modes de vies. Il est question de nourrir mon écosystème ou de le faire grandir. J’ai toujours été un sportif faisant attention à lui et aux autres. Je le resterai après. Les sensations ressenties par un sportif de haut niveau sont incomparables mais avant de raccrocher, j’essaie de me créer un emploi du temps bien rempli qui me passionne.

 

Article publié dans Rugbyrama et écrit par Jean-Marie Llense

 


Vous devez être connecté et cotisant.e* pour contacter Maxime MÉDARD

 

* Les diplômés de TBS Alumni des promos 2017 et antérieures sont appelés à cotiser à vie pour bénéficier de l'ensemble de nos services. En savoir plus

Les autres membres sont invités à démontrer leur esprit de solidarité en devenant Membre Donateur de la Fondation TBS. En savoir plus

 




1
J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.